Le développement psychomoteur  des enfants….Une expression un peu barbare certes, mais qui peut prendre du sens si on se penche un peu sur la question…Allons voir ça du côté de chez Alice…

Alors que les choses soient claires, n’allons pas nous mettre la pression pour rien pas vrai ?!! Chaque enfant se développe au rythme qui lui est nécessaire !! Ça c’est la première chose hyper importante. Nos bambins vont mettre plus ou moins de temps  pour acquérir certaines étapes de cette « psychomotricité ».

En fait, pour faire simple, c’est le développement à la fois de leur motricité (les mouvements du corps) en lien direct avec le développement de leurs fonctions cérébrales, leurs pensées.

Et j’avoue que ce sujet me laisse un peu songeuse quand je repense aux comportements si différents qu’ont pu avoir mes 2 minettes aux mêmes âges.

Des tableaux comparatifs de psychomotricité peuvent en effet mettre en avant les progrès que sont censés faire nos enfants. Pour autant, ce ne sont que des indications, des aides pour savoir à peu prés où se situent nos petitous et les encourager à acquérir les points défaillants.

Lorsque ma grande est née…, vu que c’était ma 1ere, et bien, moi-même j’étais une maman très inquiète… très vigilante, très sur elle….Trop me dira t-on ! MAIS, vu que je suis comme toutes ou presque toutes les mamans qui ont leur 1er enfant, j’ai fait mon expérience du 1er bébé, à être hyper dessus et c’est comme ça. Bref, ma soeur me disait, « tu verras c’est plus facile pour le 2nd, on est moins stressé »  Et moi « non mais j’en veux pas d’autres…. »  ouf ouf ouf je me marre maintenant!! Quoiqu’il en soit, j’ai eu mon 2nd petit bout et j’avoue que OUI je suis vachement moins stressée, moins inquiète, mais toujours très vigilante (et pour cause) mais moins sur elle …

Oui je sais je m’égare mais j’y viens !!!

Bien, je pense que mes 2 attitudes, si différentes pour mes petites ont pu influencer leurs comportements, leurs manière d’aborder les obstacles dans leur vie de tous les jours. Un enfant qui est bombardé de « fais attention « , « touche pas ça c’est dangereux », « va pas là tu vas tomber » ect ….(vous voyez le genre…!). Bref, cet enfant qui a pour maman une personne hyper angoissée et qui lui transmet ses angoisses, va forcément se mettre des limites, va avoir des craintes, et se mettra des barrières quant au développement de ses capacités.

Quand ma 2nde petite est arrivée, j’ai eu comme une révélation sur la simplicité de la vie et des choses en général. Est-ce parce qu’autrement tout aurait été bien trop compliqué ?  Je ne sais pas… je vais méditer là dessus…

Mais dans tous les cas, affronter le quotidien avec 2 enfants en bas âge, (même si c’est sportif) n’était plus stressant comme on aurait pu se l’imaginer. Quand ma 2 nde petite est  arrivée, j’ai enfin relativisé sur les enfants!

Donc mon éducation vis à vis d’elle au même âge que l’aînée a été bien plus cool. Déjà, mes interdits étaient bien moins empreints de cette angoisse paralysante. Et puis au lieu de penser toujours au pire, j’ai décidé de faire confiance à mon enfant et de l’aider à faire les choses bien, plutôt qu’à les lui interdire.

Et là, vous vous dîtes, ben oui c’est logique!!! Et là je vous dis, ben oui c’est logique avec un regard extérieur, mesdames et messieurs…HEIN!!! Toujours plus facile quand on n’est pas DANS la situation ! Et surtout quand on en a déjà eu des enfants…!

Bref, toujours est-il que ma 2nde petite s’est vu naître des ailes quand elle a commencé à marcher à 13 mois…

Une maman moins fatiguée est apparue ( et oui quand on porte moins bébé ça va mieux) pour laisser place à une maman….à L’AFFUT !!!

A l’affût mais pas angoissée et j’en avais un peu marre quand même,  je ne pouvais strictement rien faire en sa présence, il fallait tout le temps la surveiller et la guider sans répit (heureusement, avec elle la période n’a pas duré bien longtemps…disons 7/8 mois).

Bébé qui monte sur les chaises, qui les poussent pour ensuite monter sur les table, les commodes, qui grimpe aux étagères comme une échelle, qui vide absolument tous les tiroirs les placards à sa portée, qui monte aux escaliers, qui n’a peur de rien, qui ne retient pas les mauvaises expériences, qui s’entête jusqu’à ce qu’elle en ait marre (mais n’en a jamais marre)… Bref, un bébé casse cou quoi!  J’ai même du lui mettre un casque spécial par crainte qu’elle ne fasse mal, et des petits protèges genoux…Son développement moteur est aujourd’hui, à 2 ans, bien….optimisé ou conséquent… je ne sais pas trop… mais vous me comprenez pas vrai?!

DSCN4290-001
Petit bébé casse cou avec son casque vers 15 mois.

 

Bien entendu celui de ma grande aussi, disons juste que d’avoir été un peu moins encouragée les premières années de sa vie sur le plan physique, elle s’est davantage penchée sur son développement psycho./ intellectuel.

Elle s’intéresse à beaucoup de choses, se pose beaucoup de questions sur la vie, les interactions entre les gens, a un imaginaire très développé et est très adroite avec ses mains. Son intellect est très au point, et la confiance en ses capacités physiques un peu moins. Mais depuis l’arrivée de ma 2nde (et aussi grâce à ma prise de conscience)  je l’encourage bien plus à se faire confiance, et à lui montrer tous les progrès qu’elle peut faire. On va dire que depuis une grosse année, elle me surprend tous les jours, et est devenue très dégourdie elle aussi. Et finalement quand on y réfléchit , elle a mis même très peu de temps à le devenir!

Et puis un truc super, c’est qu’elle est toujours très prudente. Donc bon, je me rassure en me disant qu’il y a aussi du bon à être une maman angoissée avec bébé 1….

Par contre vu que ma 2nde a une totale confiance en ses capacités, et qu’elle n’a pas vraiment de limites….Pour plus tard…..je ne sais pas…hum…

Bon, on ne va pas faire de pronostics s’il vous plaît!

De toutes façons, il y a une chose que l’on sait sur nos enfants, c’est qu’il sont plein de surprises, et le tout c’est de faire de notre mieux pour les aider à bien grandir. Appelons ça psychomotricité, pourquoi pas, c’est un peu compliqué comme terme, ça met nos enfants dans des cases, mais c’est un terme scientifique qui parle à de plus en plus de parents, qui peut rassurer et aider nos progénitures , et surtout celles et ceux qui en ont besoin.

Il ne sert à rien de focaliser quand nos enfants n’ont pas de soucis. après tout, nous ne sommes pas nés dans des machines, et cataloguer nos enfants par rapport à un tableau peut vite mettre la pression. Les échanges enfants/parents peuvent aussi perdre de leur charme et de leur spontanéité.

Alors gardons à l’esprit cet amour que nous avons pour eux qui transcende tout, c’est cet amour qui les aidera à vraiment bien se développer.

Voilà, c’était ze mot de la fin!

Bisous ♥

 

 

 

 

2 thoughts on “Développement psychomoteur des enfants