Et oui, culpabilité quand tu nous tiens !!!

Se sentir coupable, être mal à cause de certaines choses que l’on a dites, faîte, ou pas faîte aussi, tous ces termes qui reviennent en boucle dans nos discussions de maman… Et même si on n’en parle pas car on se sent trop mal, c’est un sentiment qui est là. Une maman culpabilise…

Culpabilité de quoi d’abord??? De vouloir le meilleur pour nos enfants? De vouloir être suffisamment rigoureuse dans leur éducation? De poser des limites et pour cela être ferme et catégorique?

De ne pas céder aux laaaaaarmes de son chérubin qui veut quoi ? Un nouveau jouet? Une dèèèèèèrnière histoire promis promis juste une dernière, et après je dors maman …Une glace au choooocooolaaaat c’est trop bon maman  steeeee plaaaaaiit !!!! Ou alors regarder encore une fois la Reine des Neiges, ( alors qu’on en peut plus depuis 2 ans !!) et qu’elle vient juste de la regarder une 20eme fois? Parce qu’ils ne veulent pas se laver, ou qu’au contraire, ne veulent plus sortir du « bain de douche » ? Ou encore parce qu’ils veulent profiter du moment où vous sortez la poubelle pour y aller aussi …pieds nus… en couche… avec -3° dehors ???

Non mais faut arrêter là !!!

Ah là là soyons sérieux. Les limites imposées par nous, les « parents méchants », forgent le caractère de nos enfants. Ils nous testent à longueur de journée, ils cherchent la faille, et inconsciemment souhaitent que nous posions ces limites, car eux même n’en ont pas, ne les connaissent pas. L’apprentissage passe par là.

J’ai, à mainte reprises fait le test, sans le vouloir, mais pour cause de grande fatigue, baissé ma garde, relâché mon autorité, ma fermeté….Et bien, c’est pas joli comme résultat: Je n’ai jamais autant entendu pleurer mes filles les pauvres !! Elles étaient un peu pommées,  avaient besoin de se sentir rassurer, en sécurité, et s’est avant tout ce que les enfants cherchent en nous testant au quotidien. Ils ont besoin de consignes, de fermeté, d’explications concises, le tout agrémenté de bisous, de câlins, car l’un n’empêche pas l’autre bien au contraire, et voilà le tour est joué.

Ensuite, il y a d’autre types de culpabilité. Celles des impératifs professionnels qui revient souvent. Toutes ces mamans qui travaillent et posent leurs enfants à la crèche, chez la nounou, chez les grands-parents ou les amis pendant qu’elles vont au boulot…. »En plus aujourd’hui je sens qu’il ne va pas bien, il couve quelque chose oh là là… » Vous la sentez la culpabilité???

La maman qui part en déplacement 1 semaine. Qui rentre tard le soir et n’a pas pu faire un bisou à ses bambins.

Ces parents qui sont tellement pris par leur boulot qui ne sont pas vraiment là, même s’ils rentrent à 17h…

Ces parents qui ne vont pas faire l’histoire du soir car trop fatigués…

Bref, ces parents qui bossent quoi !!!

On fait de notre mieux!!! Inutile de se justifier, de sentir en nous cette angoisse du parent qui n’est pas assez là pour ses petits. Est-ce que ça change quelque chose de ressentir ça? Ben non , ça change rien. On n’a pas vraiment le choix, alors culpabiliser ne changera rien!

Il y a aussi la culpabilité de ne pas répondre immédiatement aux besoins physiologiques de nos enfants. Par exemple, le petit qui doit faire sa sieste, qui baaaaaille aux corneilles, qui s’énerve, tellement qu’il est fatigué et nous on fait quoi?? Je vous le demande? Et bien on court, oui on court, on finit de préparer le repas, on passe l’aspirateur à ce moment, on doit aller chercher la grande à l’école, on est en train de faire les courses bref, que de raisons qui nous empêchent à CE moment d’être en pleine adéquation avec le rythme de chérubin. Culpabilité quand on sort LE petit pot qui fera enrager l’entourage mais qui nous rendra bien service à nous maman qui voulons que bébé mange, et qu’il n’y a que ça qui passe en ce moment…Et oui, l’entourage aussi avec ses bons conseils, ses mises en gardes, pleines de bonnes intentions  nous en remet une couche….de culpabilité… pas vrai??

Ah j’allais oublier, mangez au moins 5 fruits et légumes par jours….. Heuuuuu bon je vais tenter le coup, mais je suis pas sûre d’y arriver quand même !!! La science nous apprend plein de choses c’est sûr, mais y’a des paramètres à prendre en compte : Mes gosses n’aiment pas les fruits!!! Même les compotes passent mal!!! Je vais aussi culpabiliser pour ça??? Mon enfant ne sera pas normal s’il n’a pas sa dose de 5 fruits et légumes quotidien? Ou s’il ne fait pas assez de sport?

A cause de moi il va développer une obésité précoce et de graves problèmes de santé!!!! Ahhhhh que je me sens coupable….!

Culpabilité aussi de la maman qui prend un peu de temps pour elle, pour aller au resto. avec les copines, pour courir  1 tour et demi au stade municipal (oui c’est fatiguant le sport…). Ou qui s’est acheté un jean à plus de 40 euros avec une paire de chaussures alors qu’elle fait les boutiques pour elle… hummmm… 1 fois par an !!!!

En tant que parents chaque jour qui passe nous sert à nous améliorer, un peu plus. Ce sont nos enfants qui nous montrent le chemin si on y réfléchit. A nous de déterminer, en fonction de leur attitude, celle que nous devons adopter pour faire mieux demain.

Les excès de culpabilité peuvent nous empêcher de dormir, de vouloir rattraper le coup, au risque de trop en faire le lendemain…

Après tout, nous ne sommes que des êtres humains pas des machines, nous avons nos faiblesses, et dieu sait qu’elles peuvent être immenses parfois, mais nous faisons de notre mieux.

On a peur aussi qu’ils nous en veuillent, peur qu’ils ne nous aiment plus….

Et je crois vraiment que ce désamour est bien réel , mais aussi constructif pour tout le monde. Après tout s’il existe pourquoi ne pas l’accepter?? C’est comme ça. Un enfant est capable de donner les plus belles preuves d’amour de la terre, mais aussi de monter vivement sa contrariété au point de nous briser le coeur.

On ne vit pas dans le monde des Bisounours, leurs frustrations les fait grandir et apprendre qu’ils ne peuvent pas tout se permettre et tout avoir. Et par la même occasion nous aussi!!!

Des raisons de culpabiliser, nous en avons toutes des dizaines, que dis-je, des centaines, avec des degrés plus ou moins légers que ceux que je viens de citer. Le sujet est très très vaste, chacune a ses propres raisons qui dictent sa conscience.

J’étais une grande spécialiste de la culpabilité, j’ai compris qu’en fait cela venait d’un gros manque de confiance en moi. Alors je travaille au quotidien cette faille, je me dis que finalement je ne suis pas pire qu’une autre maman. Que la maman parfaite qu’on voit tous les jours à l’école dans la rue, ou au boulot, vous savez, celle qui nous fait complexer, qui est trop belle, qui s’énerve jamais, qui a aussi des enfants parfaits avec une vie parfaite….Mais si vous la connaissez!! On en a toutes une dans notre entourage! Bon, cette maman là, elle fait comment chez elle? Elle fait exactement comme nous !

On aura toujours en tête cette maman parfaite, celle à qui on veut ressembler et c’est peut-être aussi bien ainsi. Cette maman parfaite nous aide aussi à nous améliorer. Mais il est temps de s’assumer, d’être sûre que ce que l’on fait est bien. Nous sommes toutes différentes heureusement, et chacune a sa sauce pour avancer avec ses petits. Et puis qui sait, nous sommes peut-être parfaites pour d’autres mamans ? !!!  😉

 

cropped-cropped-P1010293-1-1.jpg
Honoré et sa copine la singette!

8 thoughts on “La Culpabilité…

  1. La culpabilite fait partie des sentiments humains, heureusement qu’elle existe, autrement il y aurait certainement beaucoup de dérives……… Mais il faut culpabiliser en mode  » modération  » pour ne pas se pourrir la vie !!

  2. Ma puce ne culpabilise pas trop, tu es une maman poule et tes filles s’en rendent bien compte tous les jours. Tous les Parents se demandent s’ils ont biens élevé leurs enfants ,mais la réponse arrivera avec le temps quand tu aura toi aussi des petits enfants et que tes filles se poseront aussi cette meme question sur la culpabilite .

  3. Moi je crois qu’il y a la bonne et la mauvaise culpabilité:
    La bonne c’est quand on a fait quelque chose de mal qu’on regrette (style j’ai embouti une voiture sur le parking de Carouf et je suis partie sans laisser mon numéro de téléphone sur le pare-brise… ou alors j’ai jeté mon ordinateur par la fenêtre parce que j’ai perdu tous mes fichiers des 2 dernières années….) Là, se sentir coupable c’est… normal ! Mais ces choses là n’arrivent heureusement pas souvent ! (euh, ça dépend des jours….)
    La mauvaise c’est quand on se sent coupable de tout, parce qu’on perçoit qu’on ne maîtrise pas les évènements comme on aimerait le faire. Le problème c’est qu’à force, on perd confiance en soi, on a du mal à établir des priorités, on a l’impression de ne rien faire correctement. (tu vois, c’est du vécu … ;))
    Certes il est nécessaire de se questionner: est-ce que j’aurais pu mieux faire, vues les circonstances? avec du recul? maintenant que le fond sonore a baissé? que mes 1001 obligations sont passées? qu’il est 23h et que je me pose enfin ??
    Et la plupart du temps, on se rend compte qu’on fait de son mieux. Toujours. Et c’est bien ça l’essentiel.
    Et je sais que toi tu fais de ton mieux et que tu le fais super bien. Et que tes louloutes ont bien de la chance !

    1. Oui je vois très bien même… on a toutes et tous des expériences diverses sur le sujet. Et quand on a la chance de pouvoir prendre ce recul, si important, c’est bien, ça permet de faire le point sur son comportement. Moi aussi je sais que tu fais de ton mieux, tes filles sont magnifiques, très épanouies et pleine d’amour pour toi, voilà le résultat.Tu es une maman qui a su affronter les épreuves de la vie sans perdre le cap, et qui sait aussi se remettre en question quand c’est nécessaire. Et oui nous faisons de notre mieux mais surtout surtout nous avons une chance énorme d’avoir des enfants si merveilleux auprès de nous.